Jogjakarta /

J-3 J’ai pris le chemin, Beck dans les oreilles, heart is a drum. Oui, des fois la peau en est tendue, craquelante. Je profite de mon dernier moment seule. A Viavia devant ma salade. Je suis assise face à la rue, devant la façade ouverte. En face de moi, un stencil, une femme en niqab grapheuse. Media legal. It’s ok not to vote. J’aime le fait qu’il y est des féministes anarchistes ici. C’est très rassurant.

Beck — Heart is a drum

Publicités

Jogjakarta /

J-3 ViaVia est devenu notre maison à Justine et à moi. On y lèche nos plumes, on s’y complaît dans cette ambiance berlinoise de hipsters javanais. On y mange, on y boit, on y loupe les leçons de yoga. On recommence. Hier un enfant m’a offert un tamarin. Je l’ai vu de loin avec son frère, jeter des bâtons dans les arbres. Faire tomber les fruits. Je l’ai rejoint. Je ne me suis pas approché de trop près. J’ai tendu la main et un sourire. Il était farouche et si mignon avec son rire immense. J’ai voulu lui donner la moitié du fruit, il a refusé, ils sont partis. Je garde encore le goût de cette rencontre. Un vrai premier lien avec l’Indonésie peut être ou peut être juste le rire d’un petit garçon de sept ans.