Lit /

29103854_2169883543027857_30701001757425664_odessin : Frederic Poincelet couverture de « mon bel amour »

 

Publicités

Boire la tasse /

Sur les lignes transatlantiques
J’ai perdu ton amour au café,
Paris perdu,
Tu as posé là notre échec
Et le double des clés.
Tu n’étais pas obligé de partir, tu sais
Je ne suis jamais vraiment rentrée.

The color of warning, the taste of the escape

 

In the heart of darkness
The unextinguished light of life

The bright side of the forgetting mind in the midst colors of fall
Falling, everytime starting and ending in red and black

The other side of mind where datas enter the void full of the midsty colors of fall

Cloud of thoughts vanishing in the subsequent world of silence.
Forgiveness is not always the clue.

Instantanés 1 /

Nous avons immergé nos terreurs nocturnes
Dans la mer épuisée
Les silences carnatiques
Tout ça n’a jamais été pour toi.

Mes paravents d’aménité
Contre leurs vents contraires
Masquent mes peurs acclimatées
Certitudes surnuméraires.

La poussière de nos dimanches
Sur tous les jours de ma semaine
Les ailes d’un oiseau au large
Lentement rechargent notre amour fou.

 

Christmas /

Je marche sur les trottoirs miroirs
les bouches comme des cheminées avides
seule être insulaire
insulaire
insolente et solaire
la variété sociale créé mille et mille et encore toujours plus
fils gluants autours de moi, de ma gorge, de mes yeux
mes paumes sont chaudes et froides
et ces étincelles écarlates et factices
abîment mes yeux fragiles et secs.
Au plus profond de la nuit
au jour le plus court de son solstice oublié
ces étincelles se diluent sales et embourbées dans les bouches d’égout
insolentes et avides
à Noël, toujours pareil, le corbeau gigantesque se repait des cœurs fatigués
l’entaille est plus grande et mes dents saignent
ma bouche dégoûtée.
La phrase est aigre et perdue, déjà dite elle est inscrite
déjà pensé, elle est maudite
les chats noirs s’endorment épuisés
les mains, comme le cœur, manquent tous les jours.