Extension du domaine de la lutte /

Parce que la poésie n’est jamais très loin du militantisme, mon nouveau blog, ouvertement féministe mais intersectionnaliste avant tout.
Bonne lecture et je me réjouis des prochaines discussions !

https://lanotesensibleblog.wordpress.com

19720491_1775214552493264_252373266_o

Anorexia nervosa /

Ouvrir la porte et le mur du son. Mes amygdales fantômes ont souffert dans la foule, des craquelures descendent jusque dans les poumons. C’est juste le mur du son. Les mots luttent, s’agrippent pour rester à l’intérieur de moi comme un bébé ne voudrait pas me quitter. Mon ventre est vide et ma gorge saigne. La grâce s’éloigne le long des baies vitrées du café et ne m’a pas vu sortie. C’est juste le mur du son.

Duras /

J’ai vu cette femme chercher des racines qu’on lui avait oubliées. Je l’ai vu de trains en avions ramasser au bord des trottoirs les peaux depuis longtemps mortes d’intérieurs de parade.

Mais quand l’intérieur vient recouvrir un intérieur, il devient extérieur. Et d’extérieurs en extérieurs, de jeux en espérance, j’ai vu cette femme faner, trop lourde du poids étouffant de ces pétales. J’ai vu cette femme et je lui ai dit « j’ai l’impression de t’avoir ratée. » Et d’intérieurs en intérieurs, dans la pureté intime de la faiblesse, elle m’a tendu un mot, comme un noyau nu.

Ce mot j’essaie de le chérir en évitant les couvertures qui ne protègent plus, sans arrêter pourtant de me bruler les doigts dans mes trains, mes avions, à un ailleurs qui ne viendra pas. Le pays où l’on n’arrive jamais. Car après il n’y a plus rien, c’est le Pacifique.

lettre à V /

30 mars 2007,

Pourquoi je fais ce métier. Je ne sais plus.

« A Célia la future grande photographe de Magnum ». Un mot sur une pochette en carton couleur corail. Année 1994. Il y a treize ans je savais encore. Maintenant ne reste que le machinal et la jouissance du geste. Passer à la photographie animée. Promotion artistique ? Sociale ?

A l’exposition de Bruno Stevens, parmi les centaines de photos, il y en avait une, un soldat américain pointant son revolver tout contre le front d’un irakien, et la peur et le désespoir de ce soldat américain. On inverse les rôles, on inverse les victimes, le monde tourne et donne la nausée. Un soubresaut comme un claquement dans le sternum, et un flot de pleurs sales, imbéciles me prend et gonfle ma gorge d’acide, alors la pudeur pour le geste que je n’ai pas et je sors. Je vois galerie de la Reine, des familles, des enfants, des vieillards, des fourrures et des parkas premiers prix, l’odeur de chocolat de Godiva, les sacs estampillés « fournisseur officiel de la princesse Mathilde » de Delvaux. Sur le sol, du chatterton blanc encercle mon espace de la douleur, dessus « Bruxelles bravo ». Bravo pour quoi, pour qui, pour le désespoir et la mort ? Pour la douce ignorance ? Pour le chocolat Godiva ou pour la courte focale de ce photographe qui s’est approché à hauteur de canon de revolver pour témoigner ?

Lire la suite