Sur le sol /

Je t’ai couché sur le sable, je t’ai recouvert des plumes de mon désir et j’ai attendu que l’hiver se lève dans l’odeur d’aldéhyde du goudron que les hommes répandaient sur toi. Ma nouvelle marche.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s