Instantanés 1 /

Nous avons immergé nos terreurs nocturnes
Dans la mer épuisée
Les silences carnatiques
Tout ça n’a jamais été pour toi.

Mes paravents d’aménité
Contre leurs vents contraires
Masquent mes peurs acclimatées
Certitudes surnuméraires.

La poussière de nos dimanches
Sur tous les jours de ma semaine
Les ailes d’un oiseau au large
Lentement rechargent notre amour fou.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s