Une once d’or /

Il n’y a rien que j’aime plus que marcher les nuits d’été dans un air doux de coton, sous l’odeur des tilleuls qui exultent. Te voir au bout de la rue, marcher lentement vers toi enrobée de l’odeur des tilleuls.

Tu es apparu comme ça dans ma vie, au bout de la rue, je n’avance pas plus vite, j’ai toute la vie. Le vrai amour patiente toujours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s