Bulimia nervosa /

J’avais de ridicules ronds de blush rose français sur les joues quand je me suis entraperçue dans le miroir gigantesque de la boutique. J’ai fermé la porte, les bruits du dehors ne me viennent plus qu’en images. Les vitres de glace. La vie sous vide, mais qui est sous verre ? La grippe a fait couler un plâtre laiteux dans mon cerveau aphone. Ma tête est pleine jusqu’à l’écœurement. Le silence me sauve, heureusement, de toutes ces silhouettes qui passent sans me regarder entre mes vitres de glace. Je ferme la porte. La vie sous vide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s