Anorexia nervosa /

Ouvrir la porte et le mur du son. Mes amygdales fantômes ont souffert dans la foule, des craquelures descendent jusque dans les poumons. C’est juste le mur du son. Les mots luttent, s’agrippent pour rester à l’intérieur de moi comme un bébé ne voudrait pas me quitter. Mon ventre est vide et ma gorge saigne. La grâce s’éloigne le long des baies vitrées du café et ne m’a pas vu sortie. C’est juste le mur du son.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s