De ça je ne me consolerai pas /

Je mange des pizzas premiers prix au petit déjeuner. Je ne dors plus. Je m’arrête quelques heures dans un silence opaque, celui de la cire que je met en boules égales dans mes oreilles. Je lis Lola Lafon en boucle. Je m’accroche à elle. L’impression de ne pas être seule.

Sur facebook je regarde le fil de tous les presque morts et je les envie jusqu’à la nausée d’être vivant comme je ne le serai jamais. Pourquoi. Qu’aurais-je à y gagner pourtant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s