un conte /

Ogrod. Parc en polonais. Ogre.

Ils grandissent, ils enflent et s’assèchent. Peuplés d’enfants longilignes aux corps élastiques, leurs cris cinglants comme un coup de serviette mouillée.

Les parcs sont des poumons à vif, les bronchioles misent à nu. Ils arrivent à l’automne comme des organes de fumeurs.

Je suis fâchée contre Franek.

Je lis un mot sur deux de Maria avec ou sans rien mais le nurofen que j’ai pris il y a un quart d’heure distille son acide dans mon cerveau et m’endort de douleur.

Abattue comme un organe de fumeur.

Je ne veux plus lui parler.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s