le méridien /

J’effleure du bout de l’index un petit accroc dans l’émail de la tasse, la sensation est douce du grès frottant ce petit bout d’épiderme. J’entends le bois pris dans les glaces craquer et se fendre et filtrent des jointures minuscules des traits de vent sifflant. Je ramène sur mon épaule gauche un pan du plaid rose poudre. Mes yeux se plissent et mes lèvres sourient à mesure que mon oreille fait des va et vient sur le cachemire de mes épaules.

Avant de me lever j’allume mon portable, petit carré de civilisation. Debout, derrière la baie vitrée je regarde s’allonger et s’étendre là ce bras de mer aux abords gelés. Tout est bleu, le ciel, la mer, la forêt, le ponton de bois noir et même la barque de pêcheur rouge et blanche. J’entends un bip.

Je me retourne, pose ma tasse à l’autre bout de la table, ne regarde pas encore l’écran qui m’appelle, je prends une belle bûche de bouleau, quelques éclats de cagette, une poignée de feuilles de journal et craque une allumette. Le feu prend peu à peu et moi je calque mon rythme sur ses craquements et étincelles.

Mon méridien s’étire un peu et vient me déposer un message en lettres lumineuses.

« Bonjour Célia, le soleil va se lever derrière la Tour Eiffel, j’ai du thé Mariages Frères pour le petit déjeuner, ton préféré, Pleine Lune. J’aurais aimé que tu sois là pour la première. La France manque de toi, viens de ta boréale demeure nous donner l’exemple de tes nuits de lumière. Je t’aime. Violaine.»

Je tourne mon regard vers l’extérieur, j’imagine le soleil piquer ses rayons sur mon paysage de glace, ici des cristaux de givre étincellent, là la cime des conifères se maquille de lumière. Mais il n’y a que le vent pour tapisser ce décor et enlever et ramener cette même et si douce et si inaltérable neige, poussière de nacre invincible.

« Ici il fait nuit, probablement que tu t’apprêteras à déjeuner quand le soleil sera visible de chez moi. J’ai allumé un feu dans la cheminée, me verse du thermos que j’ai préparé la nuit dernière une tasse de Pleine Lune. La rédactrice et la lectrice sourient de concert. Il faisait froid dans le salon quand je me suis levé, j’en ai profité pour étrenner le joli plaid que tu m’as envoyé. Un cadeau tout doux, tout chaud pour mes matins d’hiver tout doux, tout chauds. Hier on a ramassé de quoi faire des bouquets d’hiver et on y a accroché de petits rennes de papier, je les regarde maintenant, c’est comme s’ils dansaient autours des tiges de bouleaux dans les vapeurs de la cheminée. Je lance vers toi une traînée d’aurores boréales pour le goûter.

Bless ma belle. Célia »

Je clique sur envoyer et note sur la liste de course farine, œufs, vanille, filmjolk, sucre. On fera une tarte au fromage pour le dessert.

J’entends un petit bruit sourd et hésitant derrière moi, Jeanne les yeux encore embrumés avance à petits pas, son doudou contre la joue et le pouce dans la bouche ; elle colle sa tête contre mon flanc, je caresse les petites boucles châtains de sa si fragile petite tête, je la prends contre moi et la berce doucement emplissant mon corps et le sien de notre amour mutuel. Félicité divine. Dans une heure je lèverai Lily et Jonas puis j’emmènerai Lily à l’école, je ferais les courses et appellerai Lina pour lui dire de préparer les enfants à sortir. Et puis le soleil se lèvera et sur mon répondeur, venu de loin, de Stockholm j’aurais un message de Mats.

« Je vous aime mes lutins »

Mais pour l’instant j’allume mon ordinateur. Derrière la baie s’étire et s’allonge un bras de mer craquant comme un cristal de nacre. Tout est bleu et je n’entends que le battement régulier de mes profondeurs apaisées.

Mon méridien s’étire.

(texte préparatoire au corps noir)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s