Les cercles concentriques /

Journée en nuances de gris avec Julien. Toute limace, pleine de gueule de bois. Rêvant d’autre chose. Il est mal à l’aise et ça m’épuise. C’est dur d’essayer de faire bonne figure alors que l’autre a peur de se prendre un coup. La matinée s’est passée, silencieuse, comme un ballet, de pièce en pièce, s’évitant. L’odeur de café pour m’écœurer. Parce que la vie du dehors semble moins pauvre que notre quotidien, je l’invite à s’évader de nos quatre murs. Les pieds raclent le gravier entourant les cognassiers de la prison. Descendre mécaniquement jusqu’aux Marolles.

Nous nous sommes arrêtés dans une de ces boutiques vintage que duplique la rue Blaes. L’espace d’un instant, entre le chapeau de Pete Doherty et le bonnet de Jean-Claude Dusse, j’ai imaginé quelle pourrait être notre vie future et ça ne m’a pas plu. Il tremble de m’avoir déçu à de trop nombreuses reprises. Mais c’est plutôt moi qui ai cru qu’il était ou qu’il pouvait devenir ce que je pensais qu’il est. Compliqué.

J’essaie d’intégrer l’idée des mondes multiples de Violaine et ça m’explique beaucoup de choses et je me dis qu’une fois n’est pas coutume, mon monde a de hautes barrières.

Alors juste apprendre et accepter qu’il existe d’autre mondes que le mien, qui s’interpénètrent et dont je ne fais pas partie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s