Jogjakarta /

J-2 Justine et moi écoutons les couches superposées des chants des muezzins dans une touffeur durassienne. Elle est venue s’asseoir près de moi, de l’autre côté du balcon, elle est restée silencieuse à écouter, d’une manière qu’elle est seule à connaître. Entière, comme un arbre. Comme la seule chose qui ne vacille pas en ce monde. Elle est venue s’asseoir à côté de moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s